Je vous avais promis de vous partager d’autres de mes découvertes, donc aujourd’hui je vais vous raconter ma découverte du Lac du Salagou.

On était en septembre, j’étais en mission à Montpellier. On était le matin, un soleil de plomb même en septembre, le sujet de ma mission n’était pas très passionnant… bref une matinée qui m’a donné une impression de routine et moi la routine, je n’aime pas ça !

Donc mon travail étant accompli, j’ai décidé de partir à l’aventure,honnêtement très simple pour choisir. J’ouvre google maps, je dézoome sur ma position, je vois une tache bleue dans les terres à 1h de route, c’est parti pour l’aventure ! Direction le Lac du Salagou dans l’Hérault.

Je peux vous dire que côté dépaysement je n’ai pas été déçu.

Envie de casser la routine

La route est un peu sinueuse, les villages que l’on traverse sont typiques du sud de la France, une impression d’être en vacances, c’est vraiment agréable.

A peine arrivé, je charge le drone sur le dos, le boitier en bandoulière et c’est parti pour ma petite balade photo. Bon j’avoue j’ai fait un peu vite, j’aurais dû prévoir un peu d’eau… Mais bon l’aventure c’est l’aventure, je voulais faire vite, ne pas commencer à réfléchir. J’ai remarqué que quand je commence à prévoir un peu trop, je perds un temps fou, d’une chose à l’autre et« hop » on décale à un autre jour. Là l’idée c’était de partir à la découverte très rapidement, découvrir un paysage sur 3 ou 4 h.

A peine la balade commencée, je tombe sur un Van garé devant moi, une soudaine envie de road trip, de grands espaces… Mais pour l’instant je passe mon chemin et je me laisse guider par le petit chemin de terre.

Arrivée au Lac du Salagou

Pour commencer, j’ai marché quelques centaines de mètres et j’ai découvert cette végétation très spécifique du Lac du Salagou, tout simplement magnifique. Ne sachant pas du tout ce que j’allais découvrir, j’ai été premièrement surpris par la couleur rouge ocre de la terre qui surprend quand on vient pour la première fois. J’ai vérifié par la suite, cette couleur vient du fait que la terre est composée de sédiments argileux chargés en oxyde de fer d’origines volcaniques.

 

Plein les yeux

Tout d’abord je me suis retrouvé face à des pêcheurs qui étaient apparemment là depuis quelques temps et qui campent surement sur plusieurs jours. J’ai tenté une première approche, j’aurais bien aimé savoir si cela « mordé » bien et si le campement été agréable, mais j’ai senti que j’allais déranger un peu, un regard m’a suffi pour me convaincre de passer mon chemin. Après je peux comprendre, il était presque 14h, le soleil nous rappelait qu’on était bien dans le midi, donc c’était plus l’heure de la sieste que de parler avec un barbu.

Une fois le campement passé, il ne m’a pas fallu marcher longtemps pour en prendre pleins les yeux.

La vaste étendue d’eau du Lac du Salagou s’est imposé devant mon objectif, malgré l’heure qui n’est pas ma préférée pour prendre des photos, j’ai immédiatement pris plaisir à capturer les reflets des montagnes et ces avancées de terres rouges.

 

Je devais prendre de la hauteur

J’ai ensuite cherché à prendre de la hauteur pour capturer le relief du sol, mais sans succès, je n’ai pas vraiment réussi à trouver un angle de vue exceptionnel, à cet instant je me suis dit que je n’étais sans doute pas exactement de bon côté de la montagne. J’aurais pu lancer le drone pour scruter le décor, mais n’oubliez pas que je venais de passer le campement de pêcheurs qui allait sans doute faire la sieste, donc je ne voulais pas déranger le calme ambiant 😉 . J’ai pris la décision de rebrousser chemin pour prendre un autre itinéraire que j’avais repéré en arrivant. Celui-ci allait m’amener de l’autre côté, en espérant que je sois plus inspiré.

 

Waouh !

Je me retrouve donc à traverser de magnifiques vignes en me demandant même si j’étais bien sur le bon chemin. Et puis soudain, Waouh ! Je me suis trouvé projeté au pied d’un canyon formé par les collines. Dépaysement garanti, je m’attendais à tout instant à voir des coyotes ou un indien m’observer du haut du canyon.

J’avais trouvé le décor qui allait exacerber mon inspiration.

Lac du Salagou dans l'Hérault
Lac du Salagou dans l'Hérault
Lac du Salagou dans l’Hérault

J’ai décidé de monter sur un dôme rocheux qui se trouvé devant moi. J’aime bien m’isoler quand je vois un décor comme celui-ci, j’observe, j’écoute, je prends le temps. A ce moment là j’ai l’impression d’être seul au monde.

Un petit air vient de se lever, je lance quand même le drone pour voir le Lac du Salagou comme un oiseau, d’ailleurs je croise un rapace en prenant de la hauteur, impossible de vous ramener une photo de lui, même de loin. Il a tout simplement pris un courant ascendant qui l’a directement hissé trois fois plus haut que mon drone, je n’ai pas pu lutter.

J’ai été scotché par la vue aérienne du lac du Salagou, il n’y a pas de meilleur panorama que le ciel. Là je vous laisse regarder ma petite vidéo de 1 minutes cela remplacera tous les adjectifs que je pourrais écrire.

vidéo du Lac du Salagou

https://www.youtube.com/watch?v=J4TWfAexF2U

Pour la petite histoire

Le Lac du Salagou est un lac artificiel, il est alimenté par la rivière Salagou. Il favorise l’alimentation en eau des cultures adjacentes. Il régule également les crues de l’Hérault qui sont fréquentes dans la région aux moments des épisodes cévenoles. Pour vous dire, en 1969, à sa construction, il aura fallu un seul épisode pour remplir la moitié du lac ! (source wikipédia). Lors d’incendie, il sert également de réserve pour les canadairs.

Petite anecdote

Les alentours du Lac du Salagou ont souvent servi de décors dans des scènes de cinéma. Je ne les citerais pas tous, mais dans les films les plus récents vous trouverez : « Narco » (de Tristan Aurouet et Gilles Lellouche), « RRRrrrr !!! » (d’Alain Chabat) ou « Toutes nos envies » (de Philippe Lioret).

Coup de cœur dans l’Hérault 

Sans aucun doute, Le Lac du Salagou est un gros coup de cœur et une superbe découverte pour moi. Sa richesse en décor, sa palette de couleurs et ses textures sont remarquables. C’est vraiment un bel endroit pour se promener à pied, à vélo, pour naviguer en paddle, en canoë. Ou tout simplement pour se ressourcer, se baigner, pêcher.


Ce que je retiendrais

de cette balade dans l’Hérault

Ayant maintenant découvert ce magnifique Lac, je ne vais pas m’arrêter à ces quelques photos et ses quelques mots. Je compte bien retourner au Lac du Salagou pour le découvrir cette fois-ci en kayak, j’ai découvert un petit îlot qui m’a fait un clin d’œil. Je suis également impatient d’amener le reste de ma petite famille découvrir le lac du Salagou à vélo, surement au printemps. Evidemment vous serez bien placés pour être les premiers au courant.

Lac du Salagou

Comme quoi, on peut goûter à l’aventure, faire des découvertes à quelques heures de chez soi, se dépayser totalement sans que cela coûte une fortune et sans partir dans des contrés lointaines.